Avant de faire le « grand saut » dans l’entrepreneuriat j’ai fait beaucoup de recherche et j’ai surtout été bien conseillée.

    Si vous cherchez à structurer votre activité, vous devez être clair (la clarté toujours la clarté) sur votre besoin et vos contraintes. Il est donc indispensable que vous consultiez un professionnel pour cela. C’est ce qui conditionnera votre choix.  Je vous fais ici part de mon retour d’expérience et n’y voyez aucunement des conseils en création d’entreprise. Chacun son métier !!!!!!!!

Coup d’essai
Pour avoir essayé le portage salarial, je trouve que celui-ci est un excellant compromis entre le salariat et la création d’entreprise. Nous dirons que c’est que une version hybride des deux. En effet, en portage salarial, vous disposez de pas mal d’avantages accordés uniquement aux entreprises tout en bénéficiant des avantages du salariat. C’est balaise me direz-vous. Le principe est très simple. Dans mon cas je devais trouver mon client et apporter le contrat à ma société de portage qui facturait mes services au client et m’établissait des fiches de paie en retour. C’est tout !!! Le chiffre d’affaire généré par la facturation permettait ensuite de payer les différentes charges ainsi que la commission de la société de portage, le delta m’étant reversé sous forme de salaire. C’est simple ils s’occupent de tout. Là où le risque est limité c’est qu’en cas de rupture de contrat avec votre client, vous êtes éligible aux indemnités pôle emploi. Cette solution s’accordais aussi très bien avec mon profil de consultante en informatique décisionnel.(On retrouve la maniaque du contrôle…)

woman-hand-smartphone-desk

Le grand saut
Après plus d’un an de portage salarial, j’ai sauté le pas et créé mon entreprise. J’ai donc choisi l’EURL (SARL a associé unique) car cette structure est à mon sens la plus intéressante lorsque vous souhaitez vous verser une rémunération (en comparaison avec la SASU). J’ai donc perdu mes avantages liés au portage (éligibilité aux indemnités pôle emploi en cas cessation d’activité et couverture sociale du régime général) mais j’ai gagné en liberté et en contrôle. Je m’explique. L’un des plus gros avantages d’avoir une société est que vous pouvez faire pas mal de chose qu’il n’est pas possible de faire en tant que particulier. La plus grosse différence est qu’une société est imposée après déduction de ses charges alors qu’un particulier lui l’est sur ses revenus. Et ça croyez-moi élargit considérablement votre champ de liberté. Bien que le niveau d’imposition soit relativement élevé pour les sociétés il n’en reste pas moins que fiscalement c’est plus intéressant pour moi d’exercer mon activité via une société qui m’appartient et dont je suis la gérante qu’en travaillant pour « quelqu’un » d’autre. Au-delà de l’aspect financier je ne vous cacherai pas que je me sens aussi plus en sécurité puisque JE suis au contrôle. C’est aussi très enrichissant et j’ai pu développer ma rigueur et mon sens des responsabilités.

    Il existe d’autres formes juridiques pour exercer son activité de manière structuré, mais je ne vous en parlerai pas aujourd’hui car je ne l’ai pas toutes testées (pas encore 😉 ).  Un de mes projets en cours est une SAS que je dirige conjointement avec des associées. Mais je vous réserve cette autre expérience pour plus tard.

    Tout le monde n’est pas fait pour être gérant ou même propriétaire de société . Certains préfèrent travailler dans un business plutôt que sur un business. Et c’est très bien comme ça aussi. A vous de choisir ce qui vous correspond le plus. Mais quoique vous choisissiez entourez-vous de professionnels.

Moi mon choix est fait.